Patrick Sanchez Montée de Ville 1994
Patrick Sanchez Montée de Ville 1994

Des Nouvelles et des Echos de l’A.J.B du Mercredi 22 aout 2012

 

 

 

Patrick Sanchez a lui aussi retrouvé la Corse, le temps d’un été pour des vacances en famille.

Un plaisir que de l’avoir rencontré au hasard de son passage à Bastia.

Après plusieurs années d’un éloignement professionnel, Patrick Sanchez, son épouse, sa fille, son beau-fils et leur petite princesse « Emma » sont venus depuis Mulhouse savourer un peu de cet air de Corse qu’ils n’ont jamais oublié.

« J’ai toujours gardé un souvenir indélébile de mon séjour à Bastia, en Corse et à l’A.J.B.

Les différentes courses que j’ai disputées sous les couleurs de l’A.J.B sont restées des moments très nostalgiques. La Paolina reste mon plus beau souvenir avec l’équipe Police et la plus belle de toutes les courses que j’ai disputé. Je rêve de la refaire avec mes coureurs »

Voilà ce que nous écrit Patrick qui, après ses années de coureur à pied, a pratiqué le Triathlon, en D1 avec 3 Championnats du Monde en catégorie d’âge, avant de créer le Mulhouse Olympique Triathlon en 2000, club qui évolue en D1 avec un palmarès des plus riches : plusieurs titres de Champions du Monde, d’Europe, de France, et sélectionné Olympique.

La FF Tri a accordé le label 2 étoiles à « l’Ecole de Triathlon » du M.O.FFTri.

Patrick, aujourd’hui retraité, continue à œuvrer au sein de son club tout en s’adonnant à un travail artistique que l’on peut découvrir en consultant Facebook.

Site du club : http://www.mulhouseolympiquetriathlon.fr

Patrick écrit aussi : « Après toutes ces années, je suis revenu sur mes traces, la Corse n’a pas changé, elle est aussi majestueuse »

Merci Patrick et à bientôt.

 

Mohamed Fares a retrouvé Bastia et sa sœur pour quelques  jours, avec toujours la même fraîcheur de cœur et d’esprit.

L’A.J.B, chevillé au corps, « Speeking » est déterminé à reprendre la pratique de la Marche, notamment. Un sérieux renfort pour les Interclubs avec Georges d’Henry,Benoît Olmeta et Mohamed Ammak.

 

Romain Augis, athlète espoir du C.A. Montreuil cher à notre ami Michel Jazy, en stage professionnel à Bastia, le printemps dernier, s’est entrainé sur la piste du Complexe Sportif de Montesoro et, a participé à de nombreuses compétitions à Propriano, à Ajaccio, à Bastia.

De la Guadeloupe où il se trouve en vacances, il a envoyé une gentille et belle carte avec des mots pleins de chaleur : « Tous mes remerciements à Pierre et aux encadrants de l’A.J.B sans oublier les athlètes, pour m’avoir fait découvrir la Corse.

Je vous souhaite à tous une réussite totale sur la piste comme en dehors… »

Merci Romain et toute la réussite que tu espères. Tu seras toujours le bienvenu chez nous.

 

 

Clothilde De Bernardi (photo FFT)
Clothilde De Bernardi (photo FFT)

Tennis à Roland Garros Le 23 Aout 2012


      Clothilde de Bernardi, Championne de France des 17-18ans.


 

Avec Laurent LOKOLI dont le parcours est exemplaire dans le monde du tennis français, Clothilde de Bernardi s’affirme au plus haut niveau progressivement.


Elle vient de remporter le titre de Championne de France des 17-18ans.


Une marche en avant que l’A.J.Bastia tient à saluer d’autant plus que Clothilde a pratiqué l’Athlétisme au sein du club.


Issue d’une famille où le sport a toujours été à l’honneur, Clothilde a devant elle un bel avenir dans le tennis !


Et le tennis insulaire avec Lolo « Lokoli » et Clothilde de Bernardi compte deux ambassadeurs, promis aux plus belles aventures sportives.

 

 

 

  http://www.fft.fr/actualites/tennis-media/les-videos/17-18-ans-forza-de-bernardi?page=0

 

 

http://www.fft.fr/championnats-de-france-perrier-2012/actualites/17-18-ans-de-bernardi-au-paradis


Stéphanie Lokoli a brillamment conclu sa saison…

 

Stéphanie Lokoli est heureuse, sa médaille d’Argent, à Reims la comble de joie et de fierté.

Elle n’oublie pas les handicaps qu’elle a dû surmonter. Elle n’oublie surtout pas de dire merci à qui l’a aidé dans cette reconquête de ses espérances sportives :

 

« Merci à Walter Ciofani, celui qui a sauvé ma saison. Il m'a fait passer de 47m à 58m en 4 mois puisque j'ai commencé à m'entraîner avec lui en mars.

Ça n'était pas facile de jongler entre vie familiale, vie professionnelle et vie sportive mais j'avais un objectif : monter sur la boîte !! C'est sûr, j'aurais aimé franchir les 60m-que j'aurais pu faire à Bastia si j’avais eu droit à 6 essais et non 4 ! Les conditions, il est vrai n'étaient pas favorables : pluie, vent (mon pire ennemi !!) et plateau glissant. Mais j'étais concentrée et j'avais tellement travaillé !! 

Je voudrais revenir sur ce coach, Walter Ciofani, (entraîneur de Manuela Monteaubrun et de plusieurs athlètes en devenir : Annabelle Rolnin, Sarah Bensaad, Kevin Nabialek, Antoine Nabialek...) qui est tellement discret mais qui mérite d'être cité car il m'a accueilli les bras ouverts et m'a entraîné par tous les temps. On me dira que c'est normal mais il habite tout de même à 1h30 de Paris. Il est père de cinq enfants dont Audrey, sacrée Championne de France du lancer de marteau cadette avec plus de 62m. Il n’a pas hésité à rester quelques fois jusqu'à 20h.

Il est profondément humain et toujours disponible avec la même passion et la même envie pour qui le sollicite !

Merci, à l’A.J.B, surtout, qui m’a toujours soutenu dans toutes mes actions.

J'ai été fière de représenter le Club, comme j'ai été fière que les filles, Hasna et Rose-Pascale aient autant brillé »


Forza, Stéphanie. L’A.J.B, la Corse t’aiment autant que tu les aimes.

Walter CIOFANI & Stéphanie LOKOLI
Walter CIOFANI & Stéphanie LOKOLI

Stéphanie Lokoli
Stéphanie Lokoli
Le maillot de Stéphanie :)
Le maillot de Stéphanie :)
Rose-Pascale Etoundi
Rose-Pascale Etoundi

 

Billet d’Humeur


Il en est qui aiment barguigner au fil des jours pour se retrouver quinauds à avoir voulu suivre des attrape-minons.

Durs de la comprenette, ils aiment se faire dindonner à l’image de certains rentiers à la veille de 1914, qui avaient écouté les aigrefins venus leur vanter les emprunts russes.

Invités à tondre sur un œuf, ces aliborons sont sensibles aux escobars et aux patelins de service, les invitant à aller à la chasse avec un fusil de toile, nourris d’informations controuvées par des godans, leur faisant voir la lune en plein midi au point pour eux d’en perdre le goût du pain, pour, comme les renards, se retrouver chez le pelletier !

Comprenne qui devrait comprendre…

PB